LA CONSERVATION PRÉVENTIVE

 

La photographie est une invention récente, de moins de deux cents ans. C'est aujourd'hui à la fois un domaine en expansion constante, particulièrement du fait du passage de l'argentique au numérique, et un patrimoine en cours de constitution. Les musées, les archives, les associations, mais aussi les particuliers, redécouvrent régulièrement des fonds photographiques, que le passage du temps a transformés en trésors. Bien souvent, ces ensembles se trouvent dans un état "archéologique", stockés plus ou moins en vrac dans des valises, des malles, des cartons... Avant de pouvoir exploiter ces fonds, il est nécessaire d'en faire l'étude : relever le contexte d'ensemble, comprendre le statut du corpus, connaître les matériaux, évaluer l'état de conservation, penser le traitement physique et prévoir la conservation future. C'est le sens de la conservation préventive des fonds photographiques.

LA RESTAURATION

 

Une fois un fonds étudié du point de vue de sa conservation, il est parfois nécessaire d'intervenir directement sur les photographies, afin de stabiliser un état dégradé.

Un diagnostic est établi, afin de comprendre les raisons de l'altération et de proposer une intervention. Souvent, plusieurs possibilités de traitement existent, selon le statut ou le sens de l'objet photographique.

Dépoussiérage, nettoyage, traitement des déformations, consolidation, démontage des supports secondaires, remontage... toutes ces opérations sont effectuées selon une déontologie établie internationalement : réversibilité des traitements, permanence et compatibilité des matériaux de traitement avec les matériaux historiques, respect de l'authenticité des biens, documentation des interventions.